L’effrayante corrélation entre temps de parole et résultats aux élections (2) : la confusion des experts

Vous aimerez peut-être aussi…

2 réponses

  1. Alain dit :

    Très bon article qui va directement au coeur du problème : une baleine est une baleine, une sauterelle est une sauterelle. Le problème est effectivement que leur taille est exactement la même dans les média que dans les urnes, ce qui m´a amené aux réflexions suivantes sur une possible explication de cette corrélation.
    Dans la première vidéo que vous avez mis en ligne, Pierre Bourdieu dit : « La télévision devient l´arbitre de l´accès à l´existence sociale ». Etre ou ne pas être donc, mais à la télévision. Loué, adulé, ou bien critiqué, porté aux enfers : peu importe, il faut exister. Exister physiquement (apparaître en chair et en os devant les caméras) ou non d´ailleurs: il suffit qu´on parle du candidat (même en son absence) ou bien de thèmes codifiés (émigration, sécurité = FN par exemple).
    Pour détruire donc un objet social (parti politique, idée…), rien de plus simple : il suffit de le nier. Je ne te vois pas, donc tu n´existes pas.
    En celà les résultats des référendums de 1992 et 2005 sont vraiment intéressants. Dans un référendum, impossible de nier l´existence cette fois-ci à l´une des réponses par nature même : le Oui et le Non existent forcément. Ce qui est remarquable est dans ce cas la très mauvaise corrélation: malgré un fort engagement politico-médiatique pour le Oui, les résultats finaux dans les deux référendums n´ont pas suivi la disproportion médiatique.
    Cela montre que les média ont peu de force pour convaincre une population si les deux propositions ont droit d´existence. En revanche ils sont très efficaces pour laisser dans l´ombre les sauterelles ou au contraire porter sous les feux de la rampe les baleines. Ce serait donc une question de perception : les médias (« fenêtres au monde ») semblent pouvoir se substituer à l´oeil mais pas au cerveau du télespectateur. Ce qui serait une bonne nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *