Traductions — Erreurs et émissions, Erreurs et omissions : Heinberg contre Krugman

Vous aimerez peut-être aussi…

2 réponses

  1. DLG dit :

    Un potentiel remplaçant au pétrole non mentionne par ces 2 personnes, le méthanol:

    http://www.bulletin-online.ch/uploads/media/16-21_1312s_mccormick_01.pdf

    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thanol

    Rapport détaillant son utilisation comme vecteur énergétique (j’insiste), la source primaire étant l’électricité (générée par le nucléaire (fission…ou fusion) en France, mais aussi solaire (photovoltaïque bof bof…) ou thermique (sous toutes ses variantes), éolien (bof bof…), hydroélectrique, hydrolien…), le méthanol un moyen de stocker de l’électricité sous forme « combustible liquide ».
    L’intérêt du méthanol est sa compatibilité avec les infrastructures de « l’économie pétrole »; stations services, pipeline, usines pétrochimiques ect… Il peut d’ailleurs être synthétisé a partir du méthane, mais aussi et surtout a partir du CO2 atmosphérique ou en captant les rejets d’usine (et générer une vraie économie du carbone par la même). Il peut s’utiliser comme combustible dans des moteurs a explosion, les mêmes qu’actuellement moyennant des adaptations (au niveau des matériaux, le méthanol attaque certains joints et surtout l’aluminium), ou dans des piles a combustibles (methanol fuel cell) pour générer directement de l’électricité. J’ajouterai que le méthanol est déjà utilise comme carburant automobile dans les courses de Nascar aux US (depuis 60) a cause du fait qu’un feu de méthanol, en plus du fait de pouvoir s’éteindre avec de l’eau, ne dégage pas de fumée.
    Les plus gros inconvénients sont la densité énergétique du méthanol, 2 fois moins élevé que le pétrole et sa toxicité pour l’homme.
    Si le premier point est une limite physique (on consommera plus…), le second est un faux problème: le pétrole est lui aussi toxique si ingéré. L’avantage si j’ose dire, c’est sa forte odeur et son gout, inexistants pour le méthanol.Toutefois, rajouter au méthanol un composé inoffensif donnant ces propriétés est tout a fait possible. En revanche, le méthanol, contrairement au pétrole, est soluble dans l’eau: il suffit de diluer suffisamment de l’eau contaminée pour qu’il cesse d’être toxique. Cela pose néanmoins certaine interrogation en terme de sante publique.

    • admin admin dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre message. Je connaissais mal ce procédé, et vous remercie pour ces informations — c’est très intéressant.

      Comme vous le soulignez vous-même, le méthanol est un vecteur énergétique et non une source primaire. Si son utilisation permettrait effectivement d’éviter de transformer nombre d’infrastructures, en particulier en France où la production d’électricité est déjà largement décarbonnée, reste entre autres le problème du rendement énergétique de ce vecteur…

      Pour moi, les questions pertinentes sont donc :
      – Quel est le retour sur investissement énergétique de l’utilisation du méthanol ? (de l’isolation du CO2 et du H2 à son utilisation, en passant par la synthèse et le transport)
      – Sachant cela, quelle est l’augmentation de la production d’électricité (décarbonnée) nécessaire si on veut remplacer tous les combustibles fossiles liquides par du méthanol ?
      – Suivant les choix de source primaire pour faire face à cette augmentation, quel est le coût énergétique d’installation de ces nouvelles infrastructures et l’augmentation des émissions de CO2 induites par ces travaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *