Mots clés : Pierre Jourde